Agrandissement ou extension, on connaît ce type de travaux sous plusieurs noms. Pourtant, un seul but à ces travaux : faire évoluer la surface habitable de l’habitation de sorte de gagner en confort de vie ou bien en vue d’une vente. Quelles que soient vos motivations, l’extension d’une habitation implique un chantier d’ampleur qu’il vous faut bien préparer. Quel type d’extension souhaitez-vous entreprendre ? Par qui ?

Quels sont les différents types d’extensions d’une maison ?

Qu’entend-t-on par extension ? Dans le jargon populaire, une extension représente tout simplement l’agrandissement latéral d’une partie de l’habitation, pour y construire une chambre supplémentaire, un garage ou encore pour agrandir la pièce de vie. Or une extension n’est pas forcément latérale ! Elle peut également être surélevée ou encore excavée, deux termes pas forcément faciles à cerner. Comment se caractérisent ces extensions ? Nous faisons le point.

Extension maison

L’extension d’une maison : quel matériau choisir ?

Outre le type d’extension, on peut également caractériser cette dernière en fonction de son matériau constitutif notamment. L’extension traditionnelle en parpaings ou en béton laisse progressivement place à des matériaux plus contemporains, bien que bien connus du grand public. Ossature en bois, verre, aluminium ou pierre comptent parmi ces matériaux plébiscités en matière d’extension. Alors, lequel allez-vous choisir ? Ci-dessous, quelques avantages et inconvénients des différents types d’extensions selon leur matériau constitutif.

  • Le bois. Traditionnel en France mais notamment dans les pays du Nord de l’Europe et en Asie, le bois attire par son côté chaleureux mais également par sa robustesse. Une extension à ossature bois est généralement facile à monter et ce matériau permet une multitude de formes différentes, de quoi agrandir votre habitation avec classe et la certitude d’apporter une réelle valeur ajoutée à votre domicile, notamment en cas de revente. Côté prix, il faut compter entre 1 200 € et 1 800 € / m² environ, un coût raisonnable si on le compare aux autres du marché. Elle n’est pas belle, la vie ?
  • L’aluminium. Ce matériau n’est certes pas le plus abordable du marché, mais ses avantages en font un partenaire idéal pour votre extension de maison, quel que soit son type.
  • Le verre. Il ne s’agit pas, bien sûr, de construire une extension entièrement en verre. D’une part, cela reviendrait relativement cher et d’autre part, cette extension n’aurait pas nécessairement la solidité et la robustesse attendue en la matière.
  • Le métal. L’avantage avec le métal, c’est sa robustesse et sa stabilité. Il est sans conteste à l’épreuve du temps. Plus cher que le parpaing, une extension en métal reste tout de même abordable du fait de l’absence de murs porteurs. Comme le bois, il s’agit plutôt d’une ossature porteuse. En termes de coûts, comptez entre 1 800 € et 2 500 € / m² environ pour une extension à ossature métallique. Selon les perceptions, cela peut être relativement cher mais cela en vaut la peine !

Quel que soit le matériau (ou les matériaux) pour lesquels vous optez, sachez que les architectes misent souvent sur une rupture avec l’existant, pour apporter encore plus de cachet à l’habitation dans son ensemble. Pensez également à faire appel à un expert énergétique qui vous conseillera au mieux sur le choix des matériaux en fonction de la situation thermique de votre logement. Exit donc l’extension en parpaings si le reste de votre maison est déjà faite de ce bois-là, sauf bien sûr si vous y tenez.

Enfin, un autre facteur à prendre en compte en matière d’extension sont les règles d’urbanisme imposées par la ville. Celles-ci peuvent vous restreindre tant en termes de matériau de construction qu’en matière de superficie au sol ou encore de hauteur. Justement, venons-en à ce sujet.

Avez-vous besoin d’un permis de construire pour extension de maison ?

Le permis de construire est un document d’urbanisme au même titre que la déclaration préalable de travaux. Vous devez demander cette autorisation avant de construire votre extension afin d’être sûr que cette dernière respecte les règles communales en matière d’urbanisme, comme précisé ci-dessus. Pour ce faire, il faut remplir un formulaire spécifique en 4 exemplaires et le déposer à la Mairie de votre ville (2 exemplaires suffisent pour une déclaration préalable). Pour les extensions portant à plus de 150 m² la superficie habitable de votre habitation, faites-vous accompagner par un architecte ! La demande de permis de construire pour une extension comprend quelques documents visuels à l’échelle qu’il n’est pas évident de réaliser soi-même, lorsqu’on ne s’y connaît pas. Et pour éviter un refus ou un report de permis de construire, mieux vaut mettre toutes les chances de votre côté !

Alors, quel type d’extension allez-vous choisir de construire ? Rapprochez-vous d’un architecte et de professionnels expérimentés : ceux-ci sauront vous aiguiller après avoir pris connaissance de votre besoin et avoir visité les lieux. Bon courage !